Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 22:59

affiche_festof.jpg

Jean-Jacques Vanier, c'est avant toute considération, un clown. Depuis moult années, il donne à l'Auguste, la parole.

Il plonge dans l'absurde, et poursuit des associations d'idées, où il faut le suivre. Elles pourraient bien nous conduire jusqu'à Henri Bergson, lequel dans "Le Rire", pensait que celui ci mérite que nous cherchions à le comprendre, parce qu'il est une expression de la vie.

Jean-Jacques s'est fait remarquer - comme d'autres - dans "La Classe" que produisait Guy Lux, sur FR3. Mais, c'est l'émission "Rien à Cirer" de Laurent Ruquier qui le révèlera - définitivement - au grand public.

Il est en parfaite adéquation avec le "Professeur" François Rollin, avec lequel il a écrit "l'Envol du pingouin", qui fait partie de ce FESTOF, ainsi que les autres séquences de ce spectacle.

Il faut aimer cet univers, qui n'est pas sans nous rappeler "Palace" de Jean-Michel Ribes.

Tous ceux-là sont de la même famille, de la même forme d'humour.

Il est au Petit-Montparnasse, pour 60 représentations, depuis le 10 décembre 2011. Et la salle rit. Pourquoi pas vous ?

 

 

Du mardi au samedi  à 19H00

Et aussi le dimanche à 15H00

 

 

Théâtre LE PETIT-MONTPARNASSE

01 43 22 77 74

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 00:20

Le_debut_de_la_fin_Affiche2_0.jpg

Une pièce de Sébastien Thiéry. Comme tout le monde, ou presque, je l'ai découvert en 2004, sur Canal +, dans la succulente série "Chez Maman", avec Françoise Christophe et Marie Parouty. Je n'ai pas vu ses deux premières pièces, mais j'avais aimé le très étrange et burlesque "Cochons d'Inde", au Théâtre Hébertot, qui obtiendra le Molière de la meilleure pièce comique, en 2009.

Cette nouvelle aventure est constituée de saynètes, toutes ponctuées par un baisser de rideau. C'est structuré comme une bande dessinée.

La mise en scène est de Richard Berry, le décor de Philippe Berry, les lumières de Thomas Hardmeier, les costumes de Elise Bouquet et de Reem Kuzayli.

Le son est signé du talentueux, Michel Winogradof.

Alain Bauman, joué par Richard Berry, est persuadé que son épouse, Nathalie, vieillit sept fois plus vite que lui. Mais Hervé, interprété par Jonathan Lambert, a une vision bien différente.

Une idée très originale de nous attirer l'attention sur les dangers de la routine, dans un couple.

Une affiche magistrale, les deux déjà cités, sont entourés de la délicieuse et extraordinaire Françoise Brion. Cette jolie femme aurait-elle quelque chose à voir avec Dorian Gray? Elle accomplit une performance, qui vaut le déplacement et quand vous saurez son âge, vous regretterez de ne pas l'avoir pas applaudi, encore  plus fort.

Pascale Louange est éblouissante, un charme jamais démenti, elle rayonnait déjà dans "Délits de Fuite" et Impair et père", deux mises en scène de Jean-Luc Moreau.

Anna Gaylor est la surprise du "Début de la fin".

Cette pièce, à n'en douter va fonctionner, la salle était pleine ce soir, et le sera demain.

Ne vous posez pas d'inutiles questions, c'est un spectacle que vous ne pouvez manquer !!!

 

 

Du mardi au vendredi  à  20H30

Le samedi à 17H00 et à   21H00

Le dimanche:16H30

 

Jusqu'au 31 mars 2012

 

Théâtre des VARIETES

01 42 33 09 92

www.theatredesvarietes.com

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 00:41

Colette.jpg

Sidonie-Gabrielle Colette a eu une vie très mouvementée. C'est la période la plus extravagante que l'on nous propose ici, de 1906 - Où elle vient de divorcer avec Willy, dont elle était "le Nègre", notamment pour la série des "Claudine". - à 1912.

Elle fait des "pantomines orientales" et se targue d'être le premier mime féminin.

Elle s'entoure d'un monde interlope, avec des homosexuels des deux sexes, et part faire une tournée à travers toute la France.

L'adaptation et la mise en scène de ce "COLETTE LA VAGABONDE", sont de Jean-Pierre Hané.

Il a eu une très belle idée, que cet amoncellement de malles et valises qui trouvent place et utilité, dans ce récit.

Paule Noëlle - Colette - a joué tous les classiques, débutant au TNP de Jean Vilar, et il y a peu, elle jouait Sacha Guitry, dans une mise en scène de Jean-Laurent Cochet, à la Pépinière Théâtre.

Je n'avais jamais vu Aurélien Legrand. il a beaucoup d'intensité, une aisance remarquable, des regards bien posés. C'est grâce à lui, que toute la bagagerie présente sur scène, trouve une vraie place, dans la narration.

Un beau travail de la part de ces deux comédiens et du metteur en scène.

Dommage pourtant, que la justification de la création de ce spectacle apparaisse si peu évidente...

 

 

Durée: 1H12

Du mardi au samedi  à 21H00

Matinée le dimanche à 15H00

Jusqu'au 08 janvier 2012

 

 

Théâtre du Petit-Hébertot

01 42 93 13 04

 

www.petithebertot.fr

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 22:12

Garnier-et-Sentou.jpg

Cyril Garnier et Guillaume Sentou, sont EN SPECTACLE, chaque dimanche à 18H00 au Théâtre Michel.

Ils n'ont gardé que deux ou trois sketchs du Two Men Show qu'ils donnaient en Juillet 2010 au Théâtre de Trévise.

Depuis, ils ont eu l'immense succès de: "A deux lits du délit", avec Arthur Jugnot, dans une mise en scène de Jean-Luc Moreau. Ils vont d'ailleurs partir en tournée, très prochainement, avec cette pièce fantastique, qu'il ne faut pas manquer.

Leur prestation au Théâtre Michel est mise en scène par Patrice Soufflard, sous des lumières de David Chaillot et des costumes de Virginie Stucki.

Leur médiatisation, comme piliers de l'émission de Laurent Ruquier, "On n'demande qu'à en rire", leur a apporté une toute nouvelle cohorte de fans absolus.

Ils sont prêts à rire à la moindre tirade, au premier sourire. Garnier et Sentou sont portés, supportés, tout au long de leur spectacle.

Ces deux là se connaissent depuis la petite enfance, leurs parents réciproques étaient des amis. Tout cela se voit et explique cette complicité sans faille, laquelle n'est pas sans nous faire penser à Poiret et Serrault.

Allez donc les applaudir, "Ils le valent bien".

 

 

Le Dimanche à 18H00

Théâtre MICHEL

01 42 65 35 02

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 01:23

affiche-Le-Jeu-88121ecd.jpg

Autant le dire, sans le moindre détour, c'est une fantastique représentation de l'inusable pièce vedette de Marivaux: LE JEU DE L'AMOUR ET DU HASARD.

J'espère que cela aura donné le goût du théâtre à nombre des scolaires présents, dans la salle.

Une mise en scène de Xavier Lemaire, qui avait tort de sembler si inquiet à la sortie de la salle.

La Compagnie de Théâtre LES LARRONS, vous propose cette pièce, au Théâtre Mouffetard, jusqu'au 7 janvier.

Une affiche de comédiens, comme on aimerait en trouver, plus souvent:

Gaëlle Billaut-Danno, j'ai déjà eu le plaisir de l'applaudir dans "Hors Piste" et dans "La dernière nuit de Sand et Musset". Elle m'avait fait, grand effet, et ce soir aussi. Splendide comédienne.

Isabelle Andréani, extraordinaire Lisette. Elle a déjà une belle théâtrographie, et son talent est prometteur de futurs grands rôles.

Bernard Carpentier - Monsieur Orgon - formé au  Cours Perimony, est l'une des grandes voix du doublage français.

Lionel Pascal, est un Organte, plein d'élégance.

Christian Dubouis est renversant, il joue à merveille, y prend plaisir et ça se voit.

Michaël Gaudell, est un laquais sympathique et discret. Il a participé à la mise en scène.

Franck Jouglas, un "Mario", souvent pas loin d'une interprétation à la de Funès, pas étonnant qu'il ait fait partie de "La bande Dehouf"... avec une équipe que j'aime tant.

Les lumières sont de François-Eric Valentin, les costumes de Brigitte El Bar.

Tout est admirablement réussi !!!  A ne pas manquer, et en famille ...

 

 

Du mercredi au samedi à 21H00

Le dimanche à 17H00

 

Théâtre MOUFFETARD

01 43 31 11 99

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 22:50

surmesure-web.jpg

Tout le monde, ou presque, sait tout de l'histoire de ce bonimenteur de talent, qui semble toujours que l'on veuille bien l'excuser de son dernier "bon mot".

En l'an 1974, Bernard Mabille, dans une soirée où se pressait ce fameux "Tout Paris", qui fait si peur, si l'on en croit Charles Aznavour, fit la connaissance du truculent et zozotant Henri Chapier. L'homme aux vestes aux couleurs improbables, à faire pâmer Valérie Damidot, l'engage comme pigiste, rubrique Spectacles, au tout nouveau "Quotidien de Paris", dernière "feuille", dans les kiosques.

Thierry Le Luron, victime de la plume assassine de Bernard Mabille, au lieu de le provoquer en duel, à l'idée géniale de le contacter, et les deux complices vont - de concert - avoir beaucoup de succès.

Aujourd'hui, Bernard Mabille travaille avec Anne Roumanoff, il est des "Grosses Têtes" de Philippe Bouvard et des "Revues de Presse", du Théâtre des 2 Ânes, dirigé par son ami, Jacques Mailhot.

C'est dans cette filiation humoristique qu'il nous présente son dernier spectacle au Théâtre Saint-Georges. La salle jubile.

Mais le reproche est unanime: "C'est un peu court, jeune homme !". Un quart d'heure supplémentaire ferait vraiment plaisir à tout le monde...

 

 

Du mardi au vendredi à 19H00

Dimanche à 15H00

Théâtre Saint-Georges

01 48 78 63 47

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 23:39

lesreines.jpg

Une pièce de Norman Chaurette, auteur dramatique Québécois, dont les sujets de prédilection sont l'enfance, la folie, la mort et l'art... Belle occasion de mettre six femmes sur scène, toutes prêtes au pire, pour s'approprier couronne et trône, au dépend des cinq autres.

L'adaptation d'une intrigue extraite de Richard III de ce bon William Shakespeare, qui n'aurait jamais imaginé tant d'audace.

L'une des six comédiennes est Aude Ollier, fondatrice de la Compagnie "Pourquoi Pas?", qui produit ce spectacle.

Elle en a, aussi, fait la mise en scène. C'est vif, à la fois dépouillé et il se passe sans cesse quelque chose. Comme ce landau qui traverse la scène trop souvent, c'est angoissant, on ne peut s'empêcher de penser à un large escalier tout proche qui pourrait le faire dévaler, vers un drame supplémentaire, dans une histoire où il y en a déjà pléthore...

Sophie Cartier-Dodds est excellente, quel coffre, quelle allure. Elle a fait les Cours Florent, il en est de même pour Soizic Fonjallaz, laquelle a aussi goûté à l'Actor Studio, et a suivi des formations de Comédie Musicale, chant et escrime... artistique.

Eve Herszfeld, sera celle qui dira: "J'ai régné dix secondes et j'ai vu, ce que je voulais voir".

Franka Hoareau, un parcours très riche qui fait d'elle une magnifique comédienne et sans doute un bon professeur de théâtre.

Si vous voulez tout savoir de ce Jeudi 20 janvier 1483, où Londres est engloutie sous la neige, réservez-vite pour aller applaudir six... Reines!

 

 

Le mardi à 19H00

Théâtre de MENILMONTANT

01 46 36 98 60

www.les-reines.com

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 23:47

zeitoun.jpg

Un spectacle de Fréderic Zeitoun et de Quentin Lamotta, avec dans le rôle du "Fou de Chansons", le sympathique Fréderic Zeitoun. Et, en alternance Agnès Pat et Laurent Conoir, applaudi il y a peu, dans "Fant@smes de demoiselles".

Mais ce soir, Fréderic était entouré de Isabelle Turschwell et de Dany Mauro.

Isabelle a une solide formation, chant, danse, claquettes et ça se voit et s'écoute avec grand plaisir.

Je ne lui ferais qu'un seul petit reproche, au lieu d'évoquer Piaf, elle parodie Mireille Mathieu, et fait parler la Cosette des faubourgs, comme la miraculée d'Avignon.

Ce détail évoqué, Isabelle a une très belle voix et un grand talent.

Dany Mauro, tourne régulièrement avec son One man Show, "Méfiez-vous de cet imitateur". Il est, chaque semaine, un pilier fidèle de "Samedi Roumanoff" sur Europe 1. Philippe Vaillant, le mari et producteur de la "dame en rouge", était d'ailleurs dans la salle ce soir. Comme nombre d'autres, comme Sophie Darel, plusieurs Marouani, et un batteur de légendes des années 60, le toujours souriant Willy Lewis.

Le VARIETY CLUB DE FRANCE était bien représenté , par plusieurs de ses membres éminents, dans le très beau Théâtre Le Ranelagh.

Fréderic Zeitoun, a d'abord écrit des chansons, et il est devenu chroniqueur musical, rôle qui est le sien à France 2, notamment dans "Télématin" et "C'est au programme", l'émission présentée par Sophie Davant. Il anime aussi "Melody Story", sur l'excellente chaîne TELE MELODY.

Un agréable spectacle, mis en scène par Ned Grujic, dont j'ai déjà souligné le travail dans "Frankestein Junior", au Théâtre Dejazet.

N'oublions pas l'illustration sonore de Pierre-Jean Scavino au clavier.

Venez partager ce très agréable moment, avec de talentueux

artistes !!!

 

 

 

 

Chaque lundi à 20H00

Théâtre LE RANELAGH

01 42 88 64 44

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 23:45

Caroline-Vigneaux.jpg

Juste avant que ne débute le spectacle, dans le brouhaha des gens qui prennent place, un discret fond sonore, et j'entends une chanson que j'adore "Sweet Caroline" de Niel Diamond. Et ensuite un autre hymne à "Caroline" et un autre encore... La bougresse, bien rusée, qui va arriver sur scène, nous a fait parvenir un message subliminal.

Caroline a pris place dans notre inconscient, avant même de venir nous éblouir.

Un spectacle d'elle même et de Jimmy Levy. Des lumières de Anne Bigou.

Avocate pendant sept ans, elle devient humoriste. Elle a eu raison, elle est drôle, son intelligence, et son milieu social d'origine lui permettent d'être à l'aise dans tous les rôles. De se confronter à toutes les situations, de transformer son sens de l'observation en de subtiles pépites d'un humour bien écrit, bien ficelé.

L'ex- Maître Caroline Vigneaux a déjà, tout d'une grande, et maîtrise l'art de faire rire toute une salle.

Il y a beaucoup de jeunes femmes talentueuses sur les scènes parisiennes. Caroline a  comme une aura naturelle, qui devrait la mener loin.

Un savoir dire et une personnalité affirmée !!! Pourquoi diantre, ne pas vous précipiter au Petit Palais des Glaces, et vous laisser séduire par cette nouvelle princesse du rire?

Le Barreau y a, sans doute, perdu de belles joutes oratoires, mais le théâtre y a gagné, une vraie artiste !!!

 

 

 

Du mercredi au samedi à 20H00

Petit Palais des Glaces

01 48 03 11 36

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 00:59

UnsemainepasplusHebert2

J'ai relu ce que j'avais écrit en Juin dernier, au départ de cette pièce si drôle, qui s'est d'abord affirmée, comme le GRAND succès de l'été 2011. Elle se poursuit, et va perdurer, comme sa grande soeur "LE CARTON".

Une écriture acérée de Clément Michel, qui fait penser à celle de Jean Poiret, une mécanique de théâtre en or, merveilleusement mise en scène par le très talentueux Arthur Jugnot.

Je le dis, je le pense, et ça n'engage que moi, j'ai tendance à regretter le trio initial, Clément Michel qui jouait Paul, Sébastien Castro, merveilleux Martin et Maud le Guénédal.

Ce n'est, peut-être qu'une forme de nostalgie, à l'émotion ressentie la première fois, devant ces trois comédiens.

Et pourtant, force est de reconnaître que Stéphane Guérin-Tillié est épatant et ne se ménage pas. Arthur Jugnot est le mieux placé pour donner le meilleur de ce texte.

Maud le Guénédal est la seule à être dans son rôle depuis le début. Une excellente comédienne, "Kramer contre Kramer", "Le Grand Bain", "Le Grand Jour", toujours le ton juste et une belle finesse de jeu.

Il ne faut pas oublier le sympathique David Roussel qui a travaillé aussi, à la mise en scène.

Cette pièce, à ne pas manquer, est à Hébertot pour 27 représentations et va revenir à la Gaité Montparnasse, pour... très longtemps!

 

Ne ratez pas pas ce rendez-vous, tous vos amis vous le feraient regretter...

 

 

Théâtre HEBERTOT

01 43 87 23 23

Partager cet article
Repost0