Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 02:57

goering.png

Une pièce de Arnaud Denis, dont il a assuré la mise en scène.

Pour en rester à celle ci, elle est fastidieuse et cependant intelligente. Fastidieuse, parce qu'elle retarde l'action, ce qui influe sur une perte de rythme.

Intelligente, parce que c'est fantastique de passer de la cellule à la salle du procès.

On comprend comment Herman Goering a manipulé le Lieutenant Wheelis, victime, à sa façon, du syndrome de Stockholm.

Götz Burger, s'est fait une belle évocation de Goering, on y croit vraiment.

Jean-Pierre Leroux, qui incarne l'accusation, Robert Jackson est criant de ressemblance.

 

Raphaëlle Cambray, est l'émouvante Marie-Claude Vaillant-Couturier.

Arnaud Denis ou David Zeboulon, sont en alternance, le Capitaine Gustave Gilbert.

Jonathan Max-Bernard est ce Lieutenant, qui permettra à Goering de choisir sa fin de vie, et de faire un dernier pied de nez à la société.

Laurent Béal a réalisé de belles lumières, notamment dans les scènes de la cellule.

Voix off de Gil Geisweiller pour le Juge Geoffrey Lawrence, et de Philippe Harrouard, pour le extraits de la radio.


Cette pièce fait oeuvre historique, il faut y faire venir des classes de collège, et pour cela réunir quelques copains de bonne volonté, afin que les changements cellule/procès, soient plus rapides et que la pièce ne dure pas 2H10.

IL ne serait pas vain, d'ajouter un écran, et de montrer comment tous ces accusés de monstruosités, débranchaient leurs casque de traduction et riaient de concert à quelque bonne blague au dépend de ...

En tous cas, c'est une belle création, une fois de plus, au Vingtième Théâtre.

 

Du Mercredi au Samedi à 20H30

Matinée  le   dimanche   à 17H30

 

VINGTIEME THEATRE

01 43 66 01 13

 


Partager cet article
Repost0

commentaires