Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 00:08

La-pitie-dangereuse.jpg

En 1913, dans une petite ville de garnison autrichienne, un modeste lieutenant de cavalerie fait connaissance de la famille Keskesfalva, de riches notables dont la fille Edith est paralysée.

Pris de pitié pour elle, le jeune officier lui tient compagnie et la visite plus souvent, qu'à son tour.

Elle en tombe follement amoureuse, il n'a rien vu, rien compris, et a d'autres desseins.

Ce n'était pas évident de prendre le risque de faire une adaptation théâtrale de ce roman de Stefan Sweig, que lui-même considérait comme son oeuvre romanesque la plus aboutie.

Elodie MENANT a fait un superbe travail. Et, c'est elle qui interprète Edith,  nous découvrons une comédienne de vrai grand talent, doublée d'une jeune femme cultivée, qui donne le ton, le trouble, tout au long de la pièce...

Roger MIREMONT, est de l'affiche. Un bon comédien, dont on connaît nombre de petits rôles dans des films légers à vocation comique. C'est injuste, il mérite mieux que cela.

La mise en scène est de Stéphane Olivié-Besson.

En alternance, les comédiens sont: Arnaud DENISSEL, Maxime BAILLEUL, (Il était ce soir le Lieutenant. Par moment, force est de penser que le texte et l'action datent, on pouffe parfois, dans la salle. On ne comprend rien au suicide du Lieutenant, par arme à feu, qui reprend vie, pour revenir décoré, à la fin de la guerre)... David Salles, Salima Glamine, Alice Pehlivanyan.

 

L'interprétation de Elodie MENANT est éblouissante, elle fait vivre cette pièce, la rend convaincante, et lui restitue son émotion originelle..

Les costumes sont de Charlotte Winter et de Cécile Choumilloff. Les décors de Linda Perez. Des lumières de Olivier Drouot, (il y avait mieux à faire).

Il y a une illustration sonore, dont je ne sais rien, mais qui est très présente et accentue la dramaturgie des tableaux successifs.

 

Durée: 1H20

Tiré du roman "LA PITIE DANGEREUSE" (Ungeduld des Herzens), écrit en 1939.

Dans l'espace qui mène au Théâtre Rouge du Lucernaire, une cimaise des planches originales d'une BD "Les derniers Jours de Stefan Sweig", de Guillaume Sorel, Editions Casterman.

Stefan_Zweig2.png

Stefan Sweig

 

Du mardi au samedi à 21H30

Jusqu'au 30 septembre 2012

 

 

Théatre LE LUCERNAIRE

www.lucernaire.fr

01 42 22 26 50


Partager cet article
Repost0

commentaires