Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 11:32

nono.jpg

Une comédie en trois actes, écrite en 1904 et jouée un an plus tard au Théâtre des Mathurins.

Sacha Guitry avait 19 ans à l'écriture, ce n'est pas ce qu'il a fait de mieux, mais c'est réjouissant, tout de même.

Julie depardieu est dans la lignée de Arletty ou Yvonne Printemps, qui ont chacune été Nono avant elle.

Michel Fau a fait une agréable mise en scène. Mais pourquoi diable veut-il parler comme Sacha Guitry? Il rythme ses répliques à sa façon, sa respiration entre deux mots est la même. Mais son timbre de voix ne convient pas à l'exercice, il s'affiche monocorde.

Xavier Gallais est excellent, Brigitte Catillon parfaite et on applaudit Sissi Duparc, Roland Menou et Davy Vetter.

Très beau décor de Bernard Fau, assisté de Citronelle Dufay, jolis costumes de David Belugou, mis en lumière par Joël Fabing.

De la bien belle ouvrage, dans un beau théâtre.

Las, le spectacle était aussi dans la salle et une matrone à la taille imposante a joué de l'éventail façon éolienne et a dérangé tous les premiers rangs de la corbeille. A la fin d'un acte, elle est allée en importuner d'autres, un peu plus loin, et sa place a été occupée par une jeune femme qui s'est pris de querelle avec sa voisine.

Chut!!! A fait la corbeille. Quand ce n'est pas un portable qui sonne, d'aucuns trouvent autre chose, pour ennuyer les voisins. Allez voir la délicieuse Julie Depardieu!

 

 

 

Théâtre de la Madeleine

01 42 65 07 09

Du mardi au samedi 21H

Le dimanche à         15H

Partager cet article

Repost0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 11:04

20513.JPG

Bérengère Dautun, sociétaire de la Comédie Française, a adapté et mis en scène avec Alexandre Royan, cette oeuvre de Rainer Maria Rilke écrite en 1910.

L'enfance d'un poète , dans un château qui ressemble à celui qu'il habita chez sa muse et mécène, la princesse Marie Von Thurn und Taxis.

On dit qu'il commença à écrire ce rêve éveillé alors qu'il était le secrétaire du sculpteur Rodin, vers 1904.

Bérengère dautun avait déjà joué cette adaptation au Théâtre de la Huchette, en 2009.

Une façon de monologue à deux voix, celles de Bérengère Dautun et de Guillaume Bienvenu.

A voir si vous voulez vous confronter à la fragilité de l'existence et les moments de doute de l'Etre...

 

 

 

Théâtre du Petit Hébertot

01 42 93 13 04

Le Samedi à 16H30

Dimanche et Lundi à 19H30

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 16:31

dernierestation.jpg

Une pièce de Lane Robertson, adaptée par Gilles Segal. Adaptation très près du texte original, ce qui sonne parfois curieusement. "Un  foutu enculé de dollar", je ne peux m'empêcher d'entendre la réplique américaine.

Quand Lane Robertson a présenté cette pièce au Texas, il a dû quitter l'Etat de façon précipitée eu égard aux menaces de mort.

Une station-service aux portes du désert. On s'attend à voir entrer James Dean, venu faire le plein de sa dernière Porsche.

C'est violent, ça hurle, ça viole, il y a du sang et il fait bigrement chaud sur scène.

Un beau décor de Pace. La mise en scène est de Georges Werler. Vincent Grass, comédien Belge qui fait carrière en France a une voxographie abondante. Il est là, très trouble.

Cette distribution comprend également Eméric Marchand, Frédéric Pellegeay et Benjamin Penamaria.

Une mention toute particulière pour le talent évident de Florence Muller.

Elle a fait des apparitions remarquées dans "Qui a tué Pamela Rose" et "Safari".

Dans la station-service, elle a toutes les audaces, tous les vices et des rêves à atteindre, du côté de Hollywood, son Eldorado.

Un conseil, ne vous mettez pas trop près de la scène...

 

 

Théâtre du Petit Saint-Martin

Du 14 septembre au 20 Novembre 2010.

 

01 42 02 32 82

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 10:48

hitparadem.jpg

Hit-Parade, c'est un plateau de télévision, façon années 70. Une cadreuse, campée par Patricia Doré, qui a le flegme requis. Ceux qui étaient derrière une caméra au Studio 102, avec Guy Lux, en avaient grand besoin. De même que les cameramen du 101, de la Maison de la Radio, sur le plateau de Midi-Première, avec Jacques Pierre à la régie et Danièle Gilbert, à l'antenne.

Et c'est justement elle, qui présente ce Hit-Parade, sur une idée de Renaud Siry, déjà créateur de Beatles Story, qui poursuit sa route.

Danièle est intarissable, et sa voix nous est très familière. Un écran diffuse moult photos des époques concernées, 70, 80, 90. Et, trois filles et deux garçons nous font revivre ces décennies, illustrées par des chansons que nous avons tous dans le coeur.

La jeune Aurore Kimberley, bientôt 14 ans, chante France Gall, Nayah, que l'on connaît pour son spectacle consacré à l'évocation de Céline Dion, une vraie présence sur scène. Danièle Colomer, un métier sûr  et confirmé, qui tourne actuellement avec Fabienne Thibeault, dans un spectacle qui rend hommage à Starmania.

Les voix masculines sont celles de Renaud Siry, qui tente même quelques imitations réussies et Gérard Palaprat, inoubliable interprète de "Fais moi un signe". On regrettera d'ailleurs qu'il ne la chante pas, sinon quelques paroles a capella.

Fabienne Thibeault, c'est l'invitée surprise de cette soirée. D'ailleurs la surprise n'en était pas une, puisque la chanteuse a pris place dans une loge, dès le début du spectacle, à la vue de tous...

Qui sera l'invité mystère de la prochaine représentation, Dimanche 19 septembre à 15H?

La météo prévue dimanche prochain devrait vous inciter à aller taper dans vos mains et revivre de belles années au Théâtre du Gymnase.

Un spectacle sympathique, qui ne se prend pas au sérieux, et qui devrait partir en tournée. Danièle Gilbert reste très présente, dans le coeur des français.

 

Théâtre du Gymnase

Dimanche 19 septembre à 15H

 

01 42 46 79 79

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 13:20

n114033456776_1281-copie-3.jpg

Il en avait envie, il l'a fait. Et peu nombreux sont les chanteurs capables de remplir l'Olympia, deux jours de suite, sinon quelques monstres sacrés.

Il a eu beaucoup de mérite, car je l'ai trouvé bien seul en scène.

Des idées, mais pas abouties. Le rideau s'ouvre, une musique sacrée et la scène est envahie de pénitents capuchonnés. Un cousin de Quasimodo pousse un praticable sur lequel est allongé un corps recouvert d'un suaire. Je me dis que ça débute bien. Je m'attends à un effet de lévitation, d'autant qu'une grande prêtresse s'active tout autour. Mais que nenni! Elle jette une poudre magique et le Corps s'anime. Déception.

Sur scène, une belle section de cuivres. Ça va chauffer! Mais non, ils sont apathiques et ont l'air d'aller à la mine... Il n'y a que le pianiste, visiblement, heureux d'être là. Les autres ont le talent de cacher leur joie.

Jean-Luc, nous abandonne cinq minutes à l'évocation de son idole, Elvis Presley, The King. Eryl Prayer, très à l'aise, habituellement, dans le genre a du mal à s'installer. Dans le temps imparti, il aurait mieux fait de nous proposer un Medley d'enfer.

Sans justification, débarquent trois blondes filiformes, vêtues de maillots de bain échancrés, découpés dans des drapeaux des Etats Américains.

Elles ne savent pas se placer. Elles sont supposées danser, mais chacune fait n'importe quoi à l'envi, sans la moindre cohésion. Elles sortent de scène, dans un brouillon total.

La sonorisation s'est branchée sur la position "Hall de gare". Tout cela manque sérieusement de scénographie. C'est dommage.

Le seul qui travaille et comble son public, c'est le chanteur. Il a un beau fan's club. Des admirateurs et surtout "trices", qui connaissent les paroles de toutes les chansons, par coeur, et le font savoir. C'est pour elles qu'il chante et c'est une réussite. La plupart ont sous le bras un numéro spécial de "Nos tendres et Douces Années", consacré à Jean-Luc Lahaye.

ce magazine est bien fait, beau papier, belles photos.

Attendons le prochain disque et souhaitons lui un nouvel Olympia en 2011.

 

 

L'OLYMPIA

www.olympiahall.com

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 10:56

les-amis-du-placard.jpg

A la belle affiche, signée Michel Bouvet, à la Pépinière Théâtre, "Les amis du Placard" de Gabor Rassov, à qui l'on doit déjà de jolies pièces originales, comme par exemple, "Fantomas revient".

La mise en scène est de Pierre Pradinas.

La salle de ce théâtre élégant est pleine à craquer. Le moindre des strapontins alignés le long de chaque mur est occupé.

Le rideau s'ouvre sur Romane Bohringer et Didier Bénureau, ils sont Odile et Jacques. Ils nous racontent comment, à l'occasion d'une vente promotionnelle dans quelque supermarché, près de chez eux, ils ont eu la chance d'acquérir un couple d'amis, qu'ils rangent dans un placard.

La sublissime Romane Bohringer joue la bétise avec un réel bonheur. Elle est coiffée d'un chignon impossible. Didier Bénureau est un salopard achevé, de grand talent.

Le couple d'amis, Juliette et Guy, sont interprétés par Aliénor Marcadé-Séchan et Matthieu Rozé.

Cette pièce est un régal, on y rit beaucoup et on sort de la salle, meilleur qu'en y entrant.

LES AMIS DU PLACARD, la première très bonne surprise de cette rentrée.

 

 

 

Du Mardi au Samedi à 21H

Samedi à 16H

 

LA PEPINIERE THEATRE

01 42 61 44 16

Partager cet article

Repost0
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 17:21

Conseil.jpg

Un conseil TRES Municipal, une pièce de Christian Dob, auteur historique des théâtres Melo.

Une mise en scène du sympathique Xavier Letourneur, qui est le Maire. Muriel Lemaire a le charme de l'opposition. Patrice Bertrand a une tête à claques, et c'est le patronyme de son personnage.

Clément Naslin, est le dynamique secrétaire de Mairie.

La bonne idée, c'est de faire partager le public, et de choisir parmi celui-ci, onze conseillers de plus, qui tentent de faire mettre une question à l'ordre du jour. Et le public, ce soir-là ,avait du talent et prenait sa participation avec un mélange de sérieux et d'humour potache.

Une soirée sympathique, des petits restos tout autour. En revanche, je vous déconseille la voiture. Il n'y a que le parking Turbigo-St Denis qui est d'une tristesse inquiétante.

Alors du 2 roues ou la carte Navigo.

Et Bonne soirée!!!

 

 

Théâtre MELO D'AMELIE

01 40 26 11 11

www.lemelodamelie.com

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 11:10

Stand-Up.jpg

Une comédie de Gérald Sibleyras, mise en scène par Jean-Luc Moreau.

C'est déjà prometteur. Ce n'était pas un soir de "Générale", et pourtant il y avait force comédiens dans la salle, hier soir. Et quelques plumes célèbres, comme celle de Philippe Tesson.

L'écriture de Gérald Sibleyras a une particularité qui en fait tout son charme. c'est indéfinissable.

Stand Up, m'a fait penser au "Banc", applaudi la saison dernière au Théâtre Montparnasse avec Chevallier et Laspallès.

Grégoire Bonnet est "Laurent", un auteur comique, en pleine introspection. Grégoire, qui s'est formé en allant voir les films des Marx Brothers, étant enfant, au délicieux Ranelagh. C'est donc, tout naturellement qu'il est devenu un membre des Monty Python, dans une adaptation récente.

Anne-Sophie Germanaz, "Vickye", a une plastique irréprochable, et on se doute aussitôt à ses postures qu'elle doit avoir de solides bases de danse classique. Elle a un charme fou, que vous pourrez retrouver, dès le 6 octobre prochain, dans le nouveau film de Isabelle Mergault, "Un homme très recherché". Une jolie comédienne,  à l'allure ravageuse.

Gille-Gaston Dreyfus, est "Maurice", organisateur d'un Festival du Rire à Morlaix...

Il est très drôle, et les mots de Gérald Sibleyras lui vont à merveille. On retrouve, avec plaisir, le proviseur déjanté de Hellphone, et personne n'a oublié sa participation dans "le centre de visionnage", avec Edouard Baer, dans feue Nulle part ailleurs", sur Canal +.

Philippe Uchan, joue "Cyril", un tueur à gages qui veut faire du Stand Up et n'a d'autres arguments qu'un lourd 9mm.

Philippe a été nommé Meilleur espoir masculin, en 1991, dans "le Château de ma mère" du regretté Yves Robert. Plus récemment, il a été à l'affiche du "Vilain" de Albert Dupontel.

Une sympathique comédie, un bon moment à passer.

 

 

Du mardi au samedi à 21H

Le samedi à 18H

(Mercredi, tarifs réduits)

 

Théâtre Tristan-Bernard

01 45 22 08 40

Partager cet article

Repost0
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 11:02

affiche-edgar-cmjn-faible.jpg

Je fais en sorte, autant que faire se peut, de tout voir. Aux ors des beaux théâtres, il y aussi le velours fatigué des toutes petites salles.

L'important, c'est le spectacle. Quel que soit le lieu, je sors de là, parfois, en me demandant ce que je vais bien pouvoir dire... En général, je trouve toujours quelque chose de bienveillant, car même si la soirée était vraiment médiocre, j'ai un profond respect, pour ceux qui osent s'aventurer sur une scène.

Au théâtre d'Edgar, il y a souvent une incertitude. Une caissière m'a dit un jour, alors qu'elle m'annonçait que la pièce ne se jouait pas, faute de spectateurs: "Il faut toujours téléphoner avant".

Alors, quand j'ai vu du monde, hier soir, devant la salle, j'ai été rassuré. (les marches ont dû servir de strapontins).

Comme je ne lis jamais, ou presque, le résumé de la pièce avant, je ne savais pas de quoi il s'agissait.

Le décor, toujours minimaliste chez Edgar, faisait penser à deux lits superposés de quelque cellule.

En fait, ce sont les couchettes d'un train de nuit, à la veille de Noël.

Fais-moi une place, est une pièce de Anthony Michineau, qui joue en alternance avec Fabian Richard. Comme le rôle de Camille est interprété soit par Caroline Fauvet ou par Ariane Mourier. Et là, c'est cette dernière qui partageait l'affiche avec Anthony Michineau, dans une mise en scène de Jordy Karakassian.

Dès le début, c'est un vrai choc. Ariane Mourier est éblouissante!!!

Elle s'est appropriée le texte d'Anthony, avec un énorme talent, ENORME!

1H30, sur les gradins du Théâtre d'Edgar, c'est souvent long. Et là, je n'ai pas vu le temps passer.

Fais-moi une place est une pure merveille, un bijou. Ariane Mourier, une grande révélation.

Elle a plusieurs cordes à son arc. Je me suis laissé dire qu'elle joue, régulièrement, dans un conte musical, qui est une adaptation de Cendrillon. Elle s'est aussi essayée à la mise en scène, pour "Il était un soir" de Alex Texier.

Fais-moi une place! Cette jolie pièce comico-romantique a tout, pour faire un beau scénario de film.

Ne perdez pas de temps, foncez au Théâtre d'Edgar. A ceux qui me demandent, régulièrement, que voir? Ils ont la réponse!!!

pic.php.jpg

Ariane Mourier

 

Théâtre d'EDGAR

www.edgar.fr

01 42 79 97 97

Partager cet article

Repost0
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 10:49

visuel_tout_sur_tout_edgar.jpg

Jusqu'à ce jour, mademoiselle Eglantine, c'était la meneuse de revue d'une troupe de French Cancan, immortalisée par Toulouse-Lautrec.

Mais l'assistante du docteur Constant, qui porte le même nom est une jeune femme distinguée, sortie de St Jean de Passy, XVI° Nord, voire Versailles Ouest.

Elle voue une tendre admiration à ce bon docteur qui ne ménage pas sa peine pour nous faire partager Tout sur Tout, (et son contraire).

Toutsurtout1.jpgC'est frais, c'est drôle, il y a des surprises.

Franck Duarte, encore un talent sorti des Cours Perimony, est le docteur Constant, en alternance avec Thomas Zaghedoud. Il  est aussi le metteur en scène de cette farce sympathique.

Alix Valroff, est la troublante mademoiselle Eglantine. Deux comédiens parfaitement à l'aise, dans un texte fourni qui va à grande vitesse.

Emmanuel Prelle et Emmanuel Vincenot sont les auteurs, d'après l'Anticyclopédie Universelle.

 

Ne manquez pas ce spectacle et n'hésitez pas à faire part de votre sentiment au docteur Constant et à mademoiselle Eglantine, ils sont tous les deux sur Face Book.

 

 

 

Du lundi au samedi 20H15

Café d'Edgar

01 42 79 97 97

Partager cet article

Repost0