Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 21:31

le problème

Cette pièce de François Bégaudeau, l'écrivain aux beaux tirages, auteur du film "Entre les Murs", réalisé par Laurent Contet, avec le succès que l'on sait, a été jouée du 23 février au 03 avril 2011, au Théâtre du Rond-Point. Grâce à l'amicale complicité de Pierre Lescure et de Jean-Michel Ribes, elle a été aussitôt reprise depuis le 07 avril et jusqu'au 15 mai, à la salle Popesco du Théâtre Marigny.

C'est un instant de vie, au sein d'une famille intelligente. Les enfants sont brillants. Le fils, limite "absolu", il s'empare de la philosophie, avec trop de raisonnements mathématiques.

La fille, une ado de son temps. Elle observe, se tait, parle pour ne pas dire n'importe quoi et s'évade à l'envi, pour laisser les autres en découdre.

Le père, est sonné, sa femme le quitte, il reste digne, boit trop de Scotch, ce qui le scotche sur son canapé.

La délicieuse Emmanuelle Devos, est cette épouse qui part vivre une passion. Comme toujours, elle est excellente, tendre et émouvante.

Le père, c'est le comédien fin qu'est Jacques Bonnafé, tout en retenue, une parfaite maîtrise de son jeu.

Alexandre Lecroc, est ce jeune fils "à vif", qui ne comprend et accepte la séparation de ses parents. Il raisonne, plus que de raison.

Anaïs Demoustier, la jeune fille de la famille, a déjà une carrière impressionnante, eu égard à son âge. Deux nominations au César (2009 et 2011), une nomination cette année au Molière, pour ce rôle dans "LE PROBLEME", "Jeune talent féminin". Elle a remporté le prix Romy Schneider 2011. Un grand nom se dessine...

 

 

 

Du mardi au samedi à 19H00

Matinée   le samedi à 14H00

 

 

Théâtre Marigny

01 53 96 70 00

Partager cet article

Repost0
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 00:35

Comment.jpg

Une comédie de Manon Rony, qui en fait la mise en scène. Elle s'est librement inspirée de l'oeuvre de Garson Kanin.

La pièce initiale date de 1946 et a été jouée à Broadway, plus de 1500 fois.

C'est en voyant la très belle affiche de Philippe Rony et de Nadine Monnier, que j'ai eu envie d'aller voir cette pièce. Et, je n'ai pas été déçu. Beau décor de Olivier Prost, costumes de Sotha.

Le succès de cette pièce, à sa création, a donné l'envie à Hollywood d'en faire un film, et c'est le célèbre Georges Cukor qui l'a réalisé, permettant à Judy Holliday de remporter un Oscar.

Les comédiens de la pièce, au Café de la Gare, sont tous éblouissants. Ils restituent au mieux, l'esprit et la nature de la pièce originelle.

kên Higelin est Paul (que de talents, dans cette famille), Benoît Tachoires (Harry), est criant de réalisme, Richard Leduc (Ed), a l'élégance du désespoir, et la très talentueuse Marie-Charlotte Leclaire (Billie), n'a rien à envier à celle qui eut l'Oscar, pour ce rôle.

Une très agréable soirée, que je vous propose d'organiser, très vite!!!

 

 

 

Du mercredi au samedi à 21H30

Le dimanche à 18H00

 

Café de la Gare

01 42 78 52 51

Partager cet article

Repost0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 22:56

sp_51614_g.jpg

J'avais déjà vu cette pièce au Théâtre de la Renaissance, le 22 octobre dernier, et je disais: "Une pièce adaptée par Alain Ganas que l'on connaît comme comédien, tirée du roman de Katarina Mazetti, journaliste à la radio Suédoise.

450 000 exemplaires vendus, dans un pays de 9 millions d'habitants. "Le mec de la tombe d'à côté" a été traduit en 12 langues.

Sophie Broustal, qui interprète "Daphnée", est une comédienne que l'on aimerait voir plus souvent. Elle a une vraie nature comique, et elle est belle.
Marc Fayet est tendre, drôle et donne de l'émotion."

J'étais déçu de constater que le public de la Renaissance etait constitué de seniors peu réactifs à l'humour des dialogues.

Aux "Bouffes Parisiens", un public plus fin, qui a ri, à de multiples reprises. Exception faite, pour mon voisin de droite, qui s'ennuyait et n'a pas applaudi, sa petite amie s'en est offusquée. Un jeune con, enfin trentenaire tout de même, sans doute plus à l'aise dans un vaudeville de basse facture.

Les deux comédiens sont fabuleux et possèdent maintenant le texte de si belle façon, que les rires fusent, tout au long de la pièce.


 

Panchika Velez est toujours l'auteur de la mise en scène, scénographie de Claude Plet, des lumières de Pierre Jauze, des costumes de Marie-Christine Franc.

 

 

Théâtre des Bouffes-Parisiens

Du mardi au samedi à 21H00

01 42 96 92 42

www.bouffesparisiens.com



Partager cet article

Repost0
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 23:35

jumie_victor.JPG

Quand on va voir un spectacle, une pièce de théâtre, deux à cinq fois par semaine, on en ressort parfois en se demandant: Que vais-je bien pouvoir dire? Quels sont les mots à écrire, pour respecter le travail de ceux qui ont eu le courage de monter  sur une scène.

Et parfois, c'est le bonheur intégral, on se retrouve devant le talent pur, le diamant sans faille, et c'était le cas ce soir avec mademoiselle Julie VICTOR.

Quand je vois devant moi, dans la salle, Pascal Légitimus, et Arthur Jugnot (qui triomphe avec "A deux lits du délit"), je sais que mon sentiment est partagé.

C'est une heureuse découverte et je brûle déjà de la revoir.

Une merveille!!!

Elle est très bien accompagnée par un piano où se posent les doigts de Jérémy Jouniaux et une contrebasse, entre les mains talentueuses de Philippe Cadou.

Cette Julie Vicor est une perle, et il faut venir l'applaudir, toute affaire cessante ! En cas de manquement, je serais capable de vous en vouloir...

 

 

 

9 et 16 mai à 20H30

Théâtre du Petit Saint-Martin

01 42 02 32 82

Partager cet article

Repost0
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 23:41

aff_hautedef_moliere_2004-copie-1.jpg

Une belle affiche de Véronique Figuière, que l'on remarque partout, et c'est ce qui m'a donné envie d'aller voir ce spectacle.

Au XVIII° siècle, un gredin nommé Jean-Baptiste Gresset, groupie de l'autre JB dit Molière, aurait écrit "Le Méchant", bien décalqué de "Tartuffe".

Xavier Jaillard, deux siècles plus tard (rime involontaire), réunit ce "Méchant" et Molière.

Le bougre a plus d'un tour dans son sac et quelques beaux succès derrière lui. Un homme qui est porte-parole et membre de l'Académie Alphonse Allais ne peut pas être tout à fait mauvais, (voila que ça me reprend, c'est à cause de cette pièce en alexandrins).

Ce ribaud à l'écriture théâtrale, a été nommé 5 fois aux Molière, pour son adaptation de "La vie devant soi" de Romain Gary, en 2008, et il en a reçu 3...

Visiblement, il s'est fait plaisir avec ce "Méchant Molière". Je ne vais pas tenter de vous raconter la pièce, comme le dit si bien l'argumentaire: "Vous n'avez pas tout bien compris? Rassurez-vous, l'auteur non plus!"

Je n'avais jamais vu autant de comédiens sur la scène du sympathique Petit Théâtre Hébertot: Christian Suarez, Jean-Pierre Delaune, Xavier Jaillard,Tchavdar Penchev, Fabien Heller, Güler Önel, Marion Margyl, Caroline Wouters, et une excellente comédienne, Elise Fournier!

Un astucieux dossier de presse, avec d'agréables et talentueuses illustrations de Claude Turier.

Tant de choses qui donnent envie de voir ce spectacle...

 

 

Du mardi au samedi à 20H30

Le dimanche à 16H30

 

Théâtre du Petit-Hébertot

01 42 93 13 04

www.petithebertot.fr


Partager cet article

Repost0
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 10:21

revue.jpg

Une pièce ambitieuse de Stéphanie Tesson, qui trompe son inquiétude, avant le lever du rideau, en distribuant des chocolats à ses amis et en les étreignant très fort. Voila un auteur qui a peur.

Elle a réuni une distribution de talent. Julie Debazac est excellente, voire plus. Brock est un curieux personnage au verbe facile, il est le reflet du cirque d'autrefois.

Emilie Chevrillon, Fabienne Fiette qui se targue de nous faire voir "La mort en face"...

Pierre-Olivier Mornas, Pablo Peñamaria. Il y a de la danse, de la pantomine et des masques.

Stéphanie Tesson a fait la mise en scène, assisté de François-Xavier Rouyer. Les décors et accessoires sont de Marguerite Danguy des Déserts, les costumes de Corinne Pagé, les lumières de Philippe Mathieu. Les fantastiques maquillages sont une création de Anne Caramagnol.

Le samedi 7 mai de 16H à 17H, dans la bibliothèque du Théâtre du Rond-Point, aura lieu une lecture/débat animée par Stéphanie et ses comédiens.

Par ailleurs, le dimanche 15 mai, à l'issue de la représentation, au Théâtre 13, une rencontre est organisée avec l'auteur et toute l'équipe artistique du spectacle.

Laissez-vous surprendre par l'univers fantasmatique de ce monde passé en revue et posez-vous la quetion: "Qu'est-ce qui va se passer?"

Il ne fallait pas avoir si peur mademoiselle Tesson, c'est du bel ouvrage!

 

 

Du 26 avril au 05 juin 2011

Du mardi au vendredi à 20H30

Le jeudi et le samedi  à 19H30

Le dimanche à 15H30

Durée 1H50 (sans entracte)

 

 

Théâtre 13

01 45 88 62 22



Partager cet article

Repost0
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 23:05

affiche.la-porte.jpg

En première langue, en 6ème, j'ai appris l'allemand. Je me souviens du bonheur que j'avais à traduire les oeuvres de Klaus Von Krups.

J'y passais du temps, et j'avais plaisir à lire ses pièces dans leur version originale, ou dans celle que je supposais avoir bien traduites.

Antoine Séguin s'y est essayé à son tour, et il a assuré la mise en scène de LA PORTE. De plus, le bougre ne doutant de rien s'est donné un très beau rôle, et il s'en sort magnifiquement.

Sophie Gourdain n'est pas en reste, elle est une Déborah Bernhardt, qui a plaisir à nous faire rire.

Erik Thomas, que l'on a bien aimé dans "Le Cercle des Menteurs", est un Anatole Bigorniou qui se lâche, jusqu'au bout du burlesque.

Je voudrais avoir une pensée émue pour Klaus Von Krups (1899-1934), cet homme a bouleversé la scène théâtrale de son époque.

Il est mort de façon tragique, assommé par une horloge comtoise, à 33 ans, le 28 septembre 1934, à midi pile.

 

Merci au Théâtre La Bruyère d'avoir mis à l'affiche une pièce qui évoque son souvenir à chacun d'entre nous.

 

Du 19 au 28 avril

DU MARDI AU SAMEDI A 21H

Matinée le samedi à 15H30

Théâtre LA BRUYERE

01 48 74 76 99

Partager cet article

Repost0
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 21:43

Barbara.jpg

Un très agréable spectacle, où Marie-Hélène Féry fait revivre toute une époque, avec une évocation des multiples cabarets où se pressaient la plupart des artistes qui débutaient dans les années cinquante. "Le Port du Salut"," Chez Patachou", "L'Ecluse", "La Villa d'Este", et tant d'autres.

Des personnages oubliés des plus jeunes, comme Cora Vaucaire ou Jean-Roger Caussimon. J'ai bien connu ce dernier, il était le voisin de mes parents à la campagne et disputait des parties de Ping-Pong avec mon père. Pour le gamin que j'étais, il n'y avait point de poète, mais Lord Edward Rashley, dans "Fantomas contre Scotland Yard", avec Louis de Funès, c'est à ce titre qu'il m'impressionnait...

Marie-Hélène Féry est entourée de deux virtuoses, Roger Pouly au piano, qui a accompagné tant d'artistes qui débutaient et sont devenus des légendes de la chanson française, et Charles Trénet qui l'aimait tant.

Sergio Tomassi, un véritable alter ego du premier, à l'accordéon, le dernier à avoir accompagné la divine Barbara..

Ils font un Medley, tous les deux, dans le spectacle, où il faut fermer les yeux et se laisser aller. C'est magnifique!

Marie-Hélène Féry est parfois Barbara, et souvent elle-même, l'interprétant avec beaucoup de talent et d'émotion.

Une belle soirée à passer au Théâtre de Nesle, une salle pleine d'histoire, dont le cachet est à lui seul, l'annonce d'un joli moment.

 

 

Le Dimanche à 17H

 

Théâtre de Nesle

01 46 34 61 04

Partager cet article

Repost0
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 21:21

1301309262_moi-caravage_300_def.jpg

Une évocation de la vie Michelangelo Merisi, dit le Caravage, un peintre de talent, avec une vie misérable, sulfureuse, malgré l'appui de nombreuses de nombreuses âme influentes, autour de lui.

Il y a quelques jours, je suis allé voir "L'art d'être grand-père", le spectacle qui suit, et à la vue des mines épanouies qui sortaient du Caravage, j'ai eu envie d'aller voir ce spectacle, et j'ai bien fait.

Heur et malheur sont chaîne et trame du fin tissu qui revêt l'âme, a dit William Blake.

Toute la vie du Caravage, en est l'illustration.

Tout comme Léonard de Vinci, il était plus attiré par le pâtre grec, que de la belle Odalisque.

En 1H10, Césare Capitani et la talentueuse Laétitia Favart, nous font vivre la courte vie de ce personnage fantasque, de ce génie de la peinture, mort à 39 ans, d'un état de faiblesse général, et de bien des excès.

Le spectacle est inspiré de "La Course à l'abîme", de Dominique Fernandez (Grasset).

Si vous admirez les oeuvres du peintre, ou si un fils de François Villon ou un ancètre de Paul Verlaine ou de Arthur Rimbaud vous intéresse, allez voir cette belle évocation du Caravage, à Paris, jusqu'au 21 Mai, ensuite à Avignon, et sans doute après, partout en France.

La salle était plus que pleine, on se serrait, et c'est ainsi chaque soir.

 

Mise en scène de Stanislas GRASSIAN.

La très belle voix de Laétitia FAVART, au chant, comment ne l'aurait-elle pas, avec un nom pareil?

 

 

Du mardi au samedi à 18H30

(Relâches, vendredi 22 et samedi 23 avril 2011)

 

 

LE LUCERNAIRE

01 45 44 57 34

Partager cet article

Repost0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 22:31

Patrick Rouet

Je veux ajouter un MOLIERE d'honneur à quelqu'un que j'aime beaucoup, et que j'ai détourné, un temps, de sa vocation théâtrale, en le faisant venir dans le Show-Biz.

Patrick ROUET

Il s'est occupé, en premier de la qualité de l'affichage de mon frère, Guy Bonnardot, dans une tournée de Johnny Hallyday, où il était la vedette "américaine". (en alternance avec Didier Marouani).

Un travail si bien fait que Johnny demandait son chemin en questionnant un passant: "Vous savez où se déroule le spectacle de Guy Bonnardot?" Comme l'idole ne manque pas d'humour, il s'amusait chaque jour, en demandant à son producteur et attaché de presse, Gil Paquet, pourquoi Guy était mieux affiché que lui.

Patrick a travaillé avec moi, dans moult aventures, et s'est ensuite occupé de Amanda Lear, qui avait épousé Alain-Philippe Malagnac, le producteur de mon frère.

Et... Enfin, il est devenu comédien. J'ai eu un grand plaisir à venir l'applaudir au Théâtre du Ranelagh, et ensuite au Théâtre de Paris, où il était Gépetto, dans LES AVENTURES DE PINOCCHIO.

 

Il va bientôt produire une nouvelle pièce "L'EMERAUDE DE KALISSAPAKI".

J'ai eu le bonheur de lire le texte de cette amusante pièce, je riais tout seul. Je vous prévois un très agréable moment à voir ce prochain spectacle, dont je vous dirais tout, en temps et heure.

N'oubliez pas son nom Patrick ROUET !!!

Vous allez l'aimer autant que moi!!!!

 

 

 

Très bientôt à Paris!!!!

Partager cet article

Repost0