Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 11:42

Illumine.jpg

Le chevalier de Casignac s'invite chez une comtesse connue jadis, laquelle est devenue modiste de Marie-Antoinette.

La belle est jouée à l'écran par la sublime Mathilda May. Michel Jonasz est le comte qui ne veut pas s'en laisser conter par ce chevalier qui harangue l'auditoire en prédisant bien des maux à qui succomberait aux "machines" et autres "pompes à feu".

Le chevalier est promptement jeté au cachot de basse fosse. Son geôlier est tenu par Rufus.

Nathalie Gillet est une soubrette tout à fait charmante et bien aise de tout savoir des secrets de la maisonnée.

Jean-Paul Bordes avait déjà fait un personnage truculent dans "Colombe" de Jean Anouilh, il fait là une joyeuse création.

Le Cinéma-Théâtre de Marc Hollogne, est toujours époustouflant. L'homme le pratique depuis 1980, il en a fait une oeuvre à part, devant laquelle on s'incline bien volontiers.

Tout est parfaitement orchestré, sans le moindre défaut. On va de l'écran à la scène et son contraire, et l'histoire en prend une toute autre dimension.

Si vous connaissez le Cinéma-Théâtre de Marc Hollogne, allez voir ce nouvel opus. Si vous ne l'avez jamais vu, réparez cela au plus vite.

A la sortie, vous ferez partie de l'histoire, car le Chevalier de Casignac vient saluer son auditoire, sur le seuil de la salle.

 

 

 

Théâtre DEJAZET

Du mardi au samedi à 20H30

Matinées samedi et dimanche à 15H

01 48 87 52 55

Repost 0
Published by Robert BONNARDOT
commenter cet article
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 23:31

affiche_le_crepuscule_du_che-copie-2.jpg

Un joli moment de théâtre, LE CREPUSCULE DU CHE, une pièce de José-Pablo Feinmann, traduite et adaptée par Marion Loran.

Une très belle mise en scène de Gérard GELAS.

Cela se déroule le 8 octobre 1967, dans la cour d'une petite école de village, à La Higuera, en Bolivie.

C'est là où Che Guevara va trouver la mort.

Et par la magie de la fiction théâtrale, un journaliste vivant de nos jours a obtenu une bourse pour faire une thèse sur El Comandante, à qui il vient demander des comptes, sur sa vie, son combat, ses zones d'ombre. Et, nous allons découvrir, sur ce personnage tant adulé, qu'il n'était pas celui que l'on pensait.

On pourrait même se dire que sa folie meurtrière, n'est pas loin de celle du terroriste Carlos, ils ont des idéologies bien similaires.

Et pourtant l'effigie de ce fou meurtrier circule depuis quarante ans, sur bien des supports de produits dérivés.

Olivier Sitruk est le Che, Jacques Frantz est à la fois l'homme venu de nos jours, mais aussi Fidel Castro et encore Matthews, un autre plumitif américain, qui était venu interviewer le Che.

Jacques Frantz, qui est dans un fauteuil roulant, a un talent tel que l'on a l'impression qu'il arpente la scène, debout.

Guillaume Lanson, Laure Vallès et François Santucci complètent la distribution.

C'est une oeuvre puissante, 1H40 d'émotions, (il y a quelques minutes de trop, pourtant), jusqu'à l'exécution de celui qui deviendra à tort, une légende, Che Guevara, un argentin révolté, sanguinaire, exalté.

 

 

Du mardi au samedi à 19H

Matinée le dimanche à 15H

 

Théâtre du Petit-Montparnasse

01 43 22 77 74

Repost 0
Published by Robert BONNARDOT
commenter cet article
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 20:00

1294068227_audiardparaudiard_300-copie-1.jpg

On a tous en nous quelque chose de Michel Audiard, paraphrase Jean-Pierre kalfon en guise d'ouverture de ce spectacle.

On se retrouve dans l'univers de cet auteur tant regretté, drôle, truculent, gonflé, cynique et quelque peu misogyne, mais mon amie Fabienne le lui pardonne bien volontiers, alors je ne vais pas être plus royaliste que le Roi...

Jean-Pierre Kalfon est monocorde, cela vire au monotone, on dirait qu'il s'ennuie...

Il lit son texte sur un cahier, sans le quitter des yeux, ce qui est bien dommage.

Il n'y a pas l'ébauche d'une mise en scène, où elle est si discrète  qu'elle passe inaperçue, c'est aussi regrettable.

Heureusement, le Lucernaire est vraiment un agréable endroit, cela réconforte d'une soirée où l'on attendait beaucoup mieux...

 

 

Du 19 janvier au 25 mars 2011

Du mardi au samedi à 20H

Matinée le dimanche à 15H

 

LE LUCERNAIRE

01 45 44 57 34

01 42 22 26 58

Repost 0
Published by Robert BONNARDOT
commenter cet article
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 17:42

Audrey-lamy.jpg

AUDREY LAMY, je suis allé l'applaudir en Octobre dernier, à la Comédie de Paris.

Et je disais alors que 98% de jeunes et moins jeunes femmes composaient majoritairement son public. Et je demandais alors aux messieurs de venir ovationner cette talentueuse jeune femme. le bouche à oreilles a dû fonctionner, car hier soir en sortant de la représentation de LA VIE EN VERT, au Palais des Glaces, j'ai vu une très impressionnante file d'attente, ils étaient tous là, pour son spectacle, toujours mis en scène par Alex Lutz.

Je vous promets un rire toutes les quinze secondes, avec une parfaite maîtrise d'un texte bien écrit.

 

 

Du 21 janvier au 26 février 2011

Du mardi au samedi à 21H30

Durée 1H30

 

PALAIS DES GLACES

0142 02 27 17

Repost 0
Published by Robert BONNARDOT
commenter cet article
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 12:14

La-vie-en-vert.jpg

Tout le monde a encore en mémoire "Ma co-locataire est encore une garce", qui avait fait suite à "Mon co-locataire est une garce".

Trois ans de représentations, avec succès, pour la co-locataire.

Fabrice Blind est de retour avec deux co-auteurs, (décidément, il aime à  être entouré), Michel Delgado qui met en scène et Carole Fonfria.

La Vie en Vert est interprétée par Izabelle Laporte, Marco Hellard et l'habituel et sympathique Olivier SirJohn, et bien évidemment fabrice Blind à la voix reconnaissable entre toutes.

Je ne veux rien raconter de l'intrigue, elle est à découvrir. ce spectacle vient de débuter, il prend ses marques.

Cela commence un peu lentement, Fabrice nous a habitué à plus de "rentre dedans", dès l'ouverture du rideau. Mais heureusement, on le retrouve, comme on l'aime, au fil de l'histoire et la salle rit.

Une pièce qui débute doit se trouver. Je suis persuadé qu'elle va se révéler très vite, j'irais volontiers la revoir, dans quelques temps. J'y crois beaucoup.

Vous allez aimer ces quatre là, sur scène.

 

 

Du mardi au samedi à 19H45

Matinée le samedi à 17H

 

PALAIS DES GLACES

01 42 02 27 17

Repost 0
Published by Robert BONNARDOT
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 23:05

vignette-AFFICHE-TREVISE-LAURENT-2010.jpg

Paradoxe, un spectacle où se retrouvent la chorégraphie, l'illusion et la littérature.

Oscar Wilde sert de fil rouge à ce show romantique d'allure Victorienne.

Laurent Beretta, me fait penser au jeune Jean-Pierre Cassel qui, lui aussi, aimait à conjuguer la danse et les mots.

Laurent Beretta en a l'élégance, le verbe et l'art.

Sa partenaire n'a rien de celles que l'on trouve en faire valoir auprès de bien des magiciens.

Cécile Médour nous offre grâce et entrechats, et est une partie intégrante de ce conte d'illusions.

Hocine et Thierry sont les indispensables régisseurs et Thierry Manciet a inventé la lumière, soulignée par une belle bande-son.

C'est un ton très particulier qui confère à cette représentation, toute sa poésie.

Il a encore une soirée, le 31 janvier au Trévise, ensuite vous pourrez le retrouver près de chez vous.

Le numéro qui termine la soirée, est une illusion adaptée du "Portrait de Dorian Gray". Elle vous étonnera et vous donnera envie de lire ou de relire ce roman qui a fait rêver bien des générations.

 

 

 

Le 31 janvier à 20H

Théâtre TREVISE

01 48 65 97 90

Repost 0
Published by Robert BONNARDOT
commenter cet article
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 19:07

albertine-scan.gif

A l'occasion du 140ème anniversaire de la naissance de Marcel Proust, la salle Gaveau propose un événement exceptionnel avec la participation du grand Jean-Laurent Cochet, lequel s'est engagé à lire, dans son intégralité, Albertine Disparue, dans son édition de la Pléiade, Jean-Yves Tadié.

Le spectacle a débuté ce 22 janvier à 10H, pour ne devoir s'achever que demain dimanche à 6H du matin.

Il est prévu 20 heures de lecture. Les séquences sont entrecoupées par le très agréable Quatuor Noctis, (2 violons, un alto et un violoncelle), qui régale le public de Saint-Saëns, Chabrier ou autre Beethoven.

Quand les archets se reposent, le Maître reprend sa lecture, suivie à la lettre par une salle quasi pleine, attentive et comblée.

Le narrateur, vêtu d'un sobre costume gris, est assis derrière un beau bureau, la lumière distillée incline à l'écoute.

 

Si vous passez par là, arrêtez-vous le temps d'une ou deux séquences. Vous en ressortirez, avec une vraie envie de lire...

 

 

Salle GAVEAU

Du samedi 22 janvier 10H du matin

Au dimanche 23 janvier 6H du matin.

 

01 4953 05 07

Repost 0
Published by Robert BONNARDOT
commenter cet article
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 01:41

1294756762518.jpg

J'ai toujours une certaine émotion en venant au Théâtre Hébertot, où enfant j'ai joué, pendant plusieurs mois, l'élève Tronche-Bobine, dans Topaze de Marcel Pagnol.

Toutou, une pièce de Daniel Besse, qui a reçu un Molière pour Les Bonniches.

 

Toutou, avec un couple dans la vie, qui se retrouve sur scène. Josianse Stoléru, toute en émotion, avec un charme étonnant, et Patrick Chesnais, lequel était sur la même scène en 2010, pour Cochon d'Inde de Sébastien Thiéry, ce qui lui a valu un Molière du meilleur comédien.

La mise en scène est de Anne Bourgeois, à qui l'on doit de bien belles réalisations, comme "Sur la route de Madison", avec Mireille Darc et Alain Delon.

Sam Karmann, est le troisième personnage de Toutou.

Le très beau décor est signé Stéphanie Jarre, les lumières sont de Gaëlle de Malglaive, brillante élève émancipée de l'incontournable Rouveyrollis.

Accessoires de Niels Zachariasan et costumes de Mimi Lempika.

 

Alex (Patrick Chesnay) a perdu le TOUTOU de la famille. Son épouse Zoé (Josiane Stoléru) en est meurtrie et Pavel (Sam Karmann) débarque à l'improviste.

Ces trois là vont faire le compte du passé, de leur présent, et les cartes vont se distribuer à l'envi...

C'est drôle, c'est profond, c'est très bien joué, on en redemande !!!

 

 

 

Du mardi au samedi à 21H

Matinées le samedi à 17H30 et dimanche à 16H

Durée 1H40

 

Théâtre HEBERTOT

01 43 87 23 23

Repost 0
Published by Robert BONNARDOT
commenter cet article
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 01:04

fielm.jpg

Les Chevaliers du Fiel, pour tout dire, je ne les connaissais que par la télévision.

Je les trouvais sympathiques à l'occasion d'interviews, mais je n'étais pas emballé par leurs sketchs.

Vacances d'Enfer est une pièce écrite par Eric Carrière, le plus grand des deux Chevaliers, et la mise en scène est de Jean-Marc Longval. Le plus petit s'appelle Francis Ginibre.

Avant même le lever de rideau, on sent que la salle est acquise.  L'un dit à l'autre qu'il est de Lannemezan, et il s'entend répondre que l'autre est de Toulouse. Tout est joué, ceux-là au moins sont venus voir "leurs vedettes".

Et comme personne n'a fait d'annonce pour faire éteindre les portables et dire qu'il ne faut pas prendre de photos, ils s'en donnent à coeur joie et les flashs crépitent.

Sur scène Eric et Francis font tous les rôles de la pièce, les rires fusent et redoublent.

Ils ont une bonhomie communicative, on les sent tout à fait à l'aise, ils rient et savent faire rire.

Le public ressort heureux et souriant, et c'est bien ce que l'on espère d'une pièce de boulevard, même si les intéressés disent n'avoir voulu qu'en faire une parodie.

Mais, c'est un vrai "boulevard", avec deux talentueux et débonnaires comédiens. Ils ont du Laurel et Hardy, dans leur jeu et leur visible complicité.

Je ne doute pas de leur succès, puisque Vacances d'Enfer est prévue jusqu'au 20 février.

 

Du mardi au samedi à 21H

matinéele dimanche à 17H

 

 

Théâtre du Gymnase Marie-Bell

01 42 46 79 79

Repost 0
Published by Robert BONNARDOT
commenter cet article
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 00:58

7kae92uh.jpg

Une comédie de Déborah Grundman, dans une mise en scène de Arnaud Schmitt.

Régis Chaussard est comédien depuis l'âge de neuf ans. Pour cette pièce, il s'est fait une "gueule", prête à l'assaut d'un casting, où l'on ne recherche pas de "beaux" acteurs.

Dans cette salle d'attente, il y a deux jolies filles, et trois autres au physique plus atypique. mais elles ont toutes du charme.

Renée, brillante étudiante en chimie moléculaire, se présente à  un casting, qui ressemble à s'y méprendre à l'un de ceux organisés par AB Productions, à sa grande époque.

Elle est interprétée par la talentueuse Julia Duchaussoy, applaudie il y a quelques mois dans "Le voyage de Josépha", avec la pétulante Danièle Evenou, au Théâtre Rive-Gauche.

La distribution est complétée par Nadine Malo, Déborah Roquebrune, Marina Agostini et Thomas Solires.

Des dialogues mordants, où il faut entendre entre les lignes. On ne s'y ennuie pas!

 

 

Depuis le 11 janvier

Du mardi au samedi à 21H30

Théâtre du Petit Gymnase

01 42 46 79 79

Repost 0
Published by Robert BONNARDOT
commenter cet article

Présentation

  • : SORTIES à PARIS par Robert BONNARDOT
  • SORTIES à PARIS par  Robert BONNARDOT
  • : Chronique de tous les spectacles vivants à Paris et banlieue.
  • Contact

Recherche

Liens