Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2020 1 20 /04 /avril /2020 19:04
Dans la Série: JE DEVAIS VOIR CE SOIR:  MÉTROPOLE

Dans la série, ce soir je devais voir: MÉTROPOLE.

Une pièce chorale où il est question des règles de l'urbanisme, six personnages vont inventer les leurs et nous donner une autre version de l'utopie métropolitaine.

 

Un texte de: Vincent FARASSE

Mise en Scène: Arnaud RABOUTET, assisté de Justine MOREL.

 

Avec:

Daniel BERLIOUX

Joséphine THOBY

Benoît FACERIAS

Élisa HORTEL

Pierre BOULBEN

Camille GÉLIN

 

Création visuelle: Laetitia BORNES

Musique: Guy OLIVIER

Costumes: Constance BELLO

Lundi  à 21H15

Mardi à 19H00

Dimanche à 17H30

 

Durée: 1H25

Cette pièce a déjà été jouée un peu partout, notamment à Paris au Théâtre des Béliers Parisiens.

J'espère réussir à la voir prochainement, en tous cas ... Dès que faire se pourra...

 

THÉÂTRE de BELLE VILLE

01 48 06 72 34

 

 

Robert BONNARDOT

Dans la Série: JE DEVAIS VOIR CE SOIR:  MÉTROPOLE
Dans la Série: JE DEVAIS VOIR CE SOIR:  MÉTROPOLE

Partager cet article

Repost0
19 avril 2020 7 19 /04 /avril /2020 18:23
Dans la Série: Souvenirs de mes volants: DE TOMASO

Dans cette marque Italienne, mais créée par un Argentin, Alejandro de TOMASO, j'ai eu deux modèles, la plus petite et la plus grande.

La Mini en 1978

La Pantera en 1973

MINI INNOCENTI DE TOMASO

MINI INNOCENTI DE TOMASO

Cette voiture a eu une histoire tortueuse, d'abord imaginée par British Leyland sous le label INNOCENTI.

La firme Britannique, à la suite de déboires financiers devra vendre cette marque à DE TOMASO.

On gardera le moteur Austin de 1275 cm3, avec une carrosserie de Bertone.

Une voiture nerveuse, agile, très agréable en ville.

PANTERA DE TOMASO 5,7l

PANTERA DE TOMASO 5,7l

La plus grande, c'est LA PANTERA, un vrai bolide tel qu'on l'imagine.

Moteur FORD 248CV et 5763 cm3.

Cette 5,7l avait une boîte mécanique à cinq rapports.

Johnny Hallyday en a eu deux. Il a planté la première une nuit au Festival de Cannes, la seconde était rouge.

Voiture vendue récemment aux enchèresVoiture vendue récemment aux enchères

Voiture vendue récemment aux enchères

Quand je suis passé chez lui, avenue du Président Wilson, pour lui montrer la mienne, il m'a raconté avoir jeté du 4ème étage un seau d'eau sur des jeunes qui faisaient "les cons", juchés sur la sienne.

J'aurais aimé être là, pour voir ça...

Je me suis très vite séparé de cette voiture pas adaptée pour rouler à Paris.

Elle se déréglait sans arrêt, allumage et carburation. Visiblement pas ravie de s'arrêter et repartir tant de fois à la suite.

Monsieur De Tomaso est mort en 2003. Personne pour lui succéder, la marque a été vendue à Gérard Lopez, propriétaire de l'écurie de Formule 1: LOTUS.

 

Robert BONNARDOT

19 avril 2020

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: DE TOMASO
Dans la Série: Souvenirs de mes volants: DE TOMASO

Partager cet article

Repost0
18 avril 2020 6 18 /04 /avril /2020 15:18
Dans la Série: Souvenirs de mes volants: MONICA

Un soir, près de l'Olympia, je rencontre un copain de virées nocturnes, qui a une voiture que je ne connais pas.

Il me donne les coordonnées du constructeur et je prends rendez-vous.

Je suis reçu par le créateur de la voiture, monsieur Jean TASTEVIN, un homme passionné et passionnant. Il a fait fortune dans la construction de wagons citernes.

À l'image de Jean DANINOS et de ses magnifiques FACEL VEGA vingt ans plus tôt, Jean Tastevin rêve d'une voiture française à l'égal d'une Jaguar ou d'une Aston Martin.

Je suis resté dans son bureau de la rue Sainte-Anne près de deux heures. Il était captivant.

Il a proposé de me prêter un modèle pour que je fasse connaissance avec cette auto, avant d'envisager son achat.

Début 1973, je me retrouve donc au volant de la MONICA, un moteur anglais V8 de 3,5l et 40CV.

 

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: MONICA

L'aménagement intérieur a été particulièrement soigné, c'est superbe et les cuirs dégagent une odeur relaxante.

Malheureusement, une cascade d'incidents mécaniques pas vraiment graves mais trop nombreux gâche tout.

Je rapporte vite la voiture...

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: MONICA

Mais,  en fin d'année monsieur Tastevin m'invite à essayer le nouveau modèle: MONICA 560.

Elle bénéficie dorénavant d'un moteur Chrysler V8 de 5,6l et de 285CV.

Alors, je fais une nouvelle tentative pour me rapprocher de cette séduisante automobile.

Hélas, très vite les défauts donnent à réfléchir, la voiture pèse près de 2 tonnes et consomme au bas mot 20l/100Km, en plus son prix se compare maintenant à celui d'une Rolls Royce...

La première crise pétrolière dissuade de l'achat de cette merveille.

En 1974, Fin de cette belle aventure.  

C'était pourtant une fantastique idée...

 

J'ai appris la disparition de  monsieur Jean Tastevin en 2016 à 98 ans.

 

 

Robert BONNARDOT

18 avril 2020

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: MONICA
Dans la Série: Souvenirs de mes volants: MONICA

Partager cet article

Repost0
17 avril 2020 5 17 /04 /avril /2020 20:49
Dans la Série: Souvenirs de mes volants: MES AMÉRICAINES

En 1969, je me suis laissé tenter par la CAMARO, sur les conseils de Monsieur de Vaumécourt, qui était l'attaché de presse de GENERAL MOTORS FRANCE.

Une voiture très proche de la Mustang, et quand on a adoré celle-ci, on se demande ce que l'on fait dans l'autre...

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: MES AMÉRICAINES

Alors l'idylle a été de très courte durée, d'autant qu'à cette époque, il était facile d'avoir plusieurs voitures en même temps et il n'y avait jamais de soucis pour en revendre une.

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: MES AMÉRICAINES

C'est donc en deux temps trois mouvements que l'on m'a repris la Camaro, pour me conseiller le nec plus ultra, la FIREBIRD.

Beaucoup plus de charme, alliant confort et sportivité.

Le compte-tours inclus dans une coque sur le long capot, un gadget amusant, qui s'est révélé utile.

Je me suis bien amusé avec cette voiture, mais comme j'en avais d'autres, je n'ai pas beaucoup roulé avec.

 

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: MES AMÉRICAINES

Cette PLYMOUTH de 1957, m'est arrivée par hasard, un peu comme dans le film de Robert DHERY: "La belle Américaine". Nous sommes en mars 1970.

J'avais un bureau, au 35 rue de la Boétie. C'est là que Thierry le Luron et mon frère devinrent amis.

Un garçon, que je connaissais depuis des années, Mike St Laurent, débarque et me dit qu'il a une voiture à me vendre, c'est urgent.

Le bougre est un joueur invétéré membre de tous les Cercles.

Je lui réponds que je n'ai pas besoin d'une voiture et que je n'ai que 600,00 Francs sur moi...

Il empoche l'argent, me donne les clefs et la carte grise, et il file.

Ce n'est que le soir que je vais découvrir ce véritable "paquebot", avec des aménagements intérieurs surprenants. Un bar, télévision dont on change les chaînes par une pédale au pied.

J'avais déjà perdu une Jaguar, il en sera de même pour cette Plymouth.

Au retour d'un gala désastreux que j'avais produit en Alsace avec Jacques Dutronc, je casse un roulement, juste devant un garage. Je laisse la voiture et je prends place dans la R8 de mon ami Jean-François Heissat qui me suivait.

J'ai totalement oublié de noter l'adresse du garage... Je n'ai jamais revu ma "Belle Américaine".

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: MES AMÉRICAINES

A l'occasion d'un premier séjour aux Etats-Unis en 1976, j'ai eu une THUNDERBIRD.

Voiture idéale pour transiter de Tower Records sur Sunset Blvd à la plage de Santa Monica.

 

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: MES AMÉRICAINES

A l'occasion d'un autre séjour en 1980, j'ai repris une THUNDERBIRD, la nouvelle version, plus compacte. Pour peu de temps...

 

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: MES AMÉRICAINES

Car, quand ma fille est arrivée avec sa mère qui me fera deux autres filles, j'ai choisi une voiture discrète et familiale. La CAPRICE CLASSIC.

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: MES AMÉRICAINESDans la Série: Souvenirs de mes volants: MES AMÉRICAINES

Robert BONNARDOT

17 avril 2020

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: MES AMÉRICAINES
Dans la Série: Souvenirs de mes volants: MES AMÉRICAINES

Partager cet article

Repost0
17 avril 2020 5 17 /04 /avril /2020 17:10
DÉSORDRES à LA MANUFACTURE DES ABBESSES

Dans la série "Je devais voir ce soir": DÉSORDRES.

Une pièce de Yamina HADJAOUI

Mise en Scène: Swan DEMARSAN

Avec:

Oriane BLIN

Boris KHALVADJIAN

 

Sarah et Thomas forment un couple que l'on pourrait qualifier de "réussi".

Mais l'image peut-elle résister aux épreuves?

 

Du 14 au 31 Mai 2020

Du Jeudi au Samedi   à 21H00

Matinée le Dimanche à 17H00

 

Durée: 1H30

Une programmation très courte, j'espère pourtant voir cette pièce après avoir été déconfiné, en tous cas... Dès que faire se pourra...

 

THÉÂTRE LA MANUFACTURE DES ABBESSES

01 42 33 42 03

 

Robert BONNARDOT

DÉSORDRES à LA MANUFACTURE DES ABBESSES
DÉSORDRES à LA MANUFACTURE DES ABBESSES

Partager cet article

Repost0
17 avril 2020 5 17 /04 /avril /2020 03:08
CHRISTOPHE 1945-2020

Daniel BEVILACQUA dit CHRISTOPHE, le Saint patron des pilotes automobiles, un petit gars de Juvisy-sur-Orge, passionné de Blues et de voitures.

Avec sa disparition, c'est une nouvelle page de mes souvenirs qui se referme. brutalement.

Il devait se produire au Grand Rex, au mois d'Avril, spectacles reportés les 28 et 29 septembre.

Grâce à lui, j'ai gagné très jeune la plus grosse somme d'argent de toute mon existence, et un soir je crois qu'il m'a sauvé la vie, ou pour le moins de me retrouver blessé dans un grave accident de la route.

Il était à ma table avec Hervé Vilard , lors d'un anniversaire de Johnny, dont j'ai déjà parlé.

Une occasion d'évoquer des souvenirs.

J'ai travaillé avec lui de 1966 à 1968. Il a eu une suspension de permis, très rare à cette époque.

 Il a donc décidé de tout arrêter. Il s'est installé, chaque jour chez Savy, rue Balzac, en face de RTL, pour jouer aux dés.

Je l'ai vu pour la dernière fois, il y a deux ou trois ans. Comme souvent, j'étais arrivé en avance pour aller au théâtre et j'ai fait le tour du pâté de maisons.

Soudain, je le vois devant moi, alors je fredonne une chanson de lui, que personne ne connait, il se retourne et nous sommes allés prendre un verre dans un bistro qui fait l'angle des Boulevards Quinet et Raspail.

CHRISTOPHE 1945-2020CHRISTOPHE 1945-2020

Il est le type le plus étonnant que j'ai eu la chance de croiser, j'ai bien des anecdotes à raconter à son sujet, toutes plus surprenantes les unes que les autres.

Jamais plus, il ne déambulera morose, dans sa veste de soie rose...

 

Robert BONNARDOT

17 avril 2020

CHRISTOPHE 1945-2020
CHRISTOPHE 1945-2020

Partager cet article

Repost0
16 avril 2020 4 16 /04 /avril /2020 21:15
Dans la Série: Souvenirs de mes volants: FORD MUSTANG

En 1968, j'ai eu une MUSTANG SHELBY 350 GT, DE 1966 dans un état impeccable, avec 4 000 Kms au compteur.

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: FORD MUSTANG

Je l'ai acheté à un boutiquier de la Rue de la Pompe qui avait effrayé toute sa famille au volant.

Sa femme le pressait énergiquement de se séparer de cette voiture.

J'ai négocié un bon - même très bon prix -, avec l'approbation de l'épouse de mon marchand de mode féminine.

Comme avec une première Porsche, une MUSTANG SHELBY 350 GT première version, on ne peut pas l'oublier. C'était une boîte manuelle, avec un curieux levier de vitesses qui tressaillait.

J'ai adoré cette voiture et j'ai dévoré la biographie de Caroll Shelby, un génie visionnaire qui a sorti Ford du marasme.

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: FORD MUSTANGDans la Série: Souvenirs de mes volants: FORD MUSTANG

En 1969, j'ai d'abord eu une Mustang Shelby 500GT de 1968.

On pouvait identifier immédiatement la série II, car les feux arrières n'étaient plus saillants, mais intériorisés dans la carrosserie.

 

La même année, j'ai eu une Mustang "normale" et de l'année.

 

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: FORD MUSTANG

C'est avec cette Mustang Bordeaux que je me suis présenté au Fort de Vincennes, pour les "Trois Jours".

Je cherche une place le long du fossé avant la caserne, rien.

Les barrières sont levées, alors je rentre et je vais au Parking Visiteurs.

Un semi gradé fond sur moi:

- Vous ne pouvez pas rester

là !

- Pourquoi, c'est un Parking Visiteurs?

- Vous venez voir qui ?

- Je viens pour le Conseil de réforme.

- Vous n'êtes pas un visiteur, mais un appelé !

- Je reviendrai un autre jour...

Il ne m'oblige pas à ressortir la voiture et je me retrouve avec une sentinelle, qui m'accompagne partout, dans toutes les épreuves.

Pour faire court, je termine devant un Psy, qui me demande:

- Vous avez envie de faire l'armée?

- Pourquoi pas, on doit pouvoir s'y amuser...

- Monsieur, des gens comme vous, on n'en a pas besoin ! Exempté !

 

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: FORD MUSTANG

En 1970, un Cabriolet Mustang Bleu de l'année, boîte automatique.

Ce qui a donné à mon frère l'envie de faire ses premiers essais derrière un volant... Quelques centaines de mètres ont été suffisants pour le convaincre de me rendre ma place.

Des voitures de légende, et après James Dean, c'est Steve Mac Queen qui a donné ses lettres de noblesse à cette magnifique auto.

 

Caroll SHELBY

Caroll SHELBY

Robert BONNARDOT

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: FORD MUSTANG
Dans la Série: Souvenirs de mes volants: FORD MUSTANG

Partager cet article

Repost0
16 avril 2020 4 16 /04 /avril /2020 17:36
JEANNE d'ARC au Théâtre de la Contrescarpe

Dans la série: "Ce soir, je devais voir": Jeanne d'Arc.

 

Un texte de Monica GUERRITORE, qui signe la Mise en Scène et d'après une traduction de Jean-Paul MANGANARO.

 

Avec, dans le rôle titre:

Séverine COJANNOT

Collaboration artistique:

Bénédicte BAILBY et

Jeanne SIGNÉ

 

Le portait d'une femme courageuse, icône de l'Histoire de France.

De la jeune campagnarde à la combattante héroïque.

 

Du Mercredi au Samedi à

19H00

Matinée le Dimanche à

18H30

 

Durée: 1H10

 

J'espère voir ce spectacle très prochainement, et en tous cas... Dès que faire se pourra...

 

THÉÂTRE DE LA CONTRESCARPE

01 42 01 81 88

 

Robert BONNARDOT

JEANNE d'ARC au Théâtre de la Contrescarpe
JEANNE d'ARC au Théâtre de la Contrescarpe

Partager cet article

Repost0
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 21:05
Dans la Série: Souvenirs de mes volants: PORSCHE

PORSCHE 911  1967

La toute première, c'est celle dont j'ai encore l'odeur au fond du cerveau, et le son de son moteur, jamais retrouvé, un souvenir intact.

 

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: PORSCHE

C'était en 1967. Une voiture "vivante", avec un moteur souple. De jolies jantes élégantes.

Pas très gourmande et aussi à l'aise en ville que sur route..

Moteur 2,0l - 6 Cylindres - 130 CV.

 

Quelques mois plus tard:

 

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: PORSCHE

La Targa 911, avec un arceau de sécurité discret, caché astucieusement dans le desing de l'habitacle.

Pour une raison bien précise, je me souviens parfaitement du prix de cette auto en 1967: 45 000 Francs.

 

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: PORSCHEDans la Série: Souvenirs de mes volants: PORSCHE

En 1986, je pensais me faire plaisir avec une Réplique de la Porsche SPIDER 550, voiture immortalisée par James Dean.

La mienne n'avait qu'un moteur 1600 cm3 VW, un bruit d'échappement trop "Cocci".

Sous la pluie, la capote fuyait de partout... Cette auto venait de Belgique.

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: PORSCHE

En 1992, une Porsche 944 de 1988.

2990 cm3 - 250 cv - 4 Cylindres.

Agréable d'être derrière son volant, mais sans avoir le sentiment de conduire une Porsche.

 

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: PORSCHE

En 1995 - PORSCHE 911 TURBO.

Une voiture de 1993, avec un moteur 3,6l qui ne m'a laissé que de bons souvenirs.

Notamment, pour son rapport à la revente.

J'ai eu un petit accident, qui a endommagé tout l'avant.

Un garage de province a acheté - très bien - l'auto "en l'état".

L'assurance a fait le reste, après passage de l'expert.

Jamais, elle n'aurait atteint le montant obtenu, avant le choc...

 

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: PORSCHE

La plus jeune de mes filles, assise sur l'aileron, avait l'âge que son fils a aujourd'hui... Et la vie continue...

 

Robert BONNARDOT

15 Avril 2020

Dans la Série: Souvenirs de mes volants: PORSCHE
Dans la Série: Souvenirs de mes volants: PORSCHE

Partager cet article

Repost0
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 17:42
OPÉRA EN PLEIN AIR 2020

Depuis 2001, ce rendez-vous estival bénéficie d'un public fidèle et conquis.

Initialement prévu, comme chaque année, de Juin à Septembre, son calendrier va bien évidemment être modifié et dès que possible, je communiquerai les dates retenues après le déconfinement.

 

Cette année, à l'affiche: Madame BUTTERFLY de Giacomo PUCCINI.

Opéra en Plein Air, avait déjà proposé ce spectacle en 2011, dans une Mise en Scène de Christophe Malavoy.

Madame BUTTERFLY, une œuvre devenue depuis 1904, l'un des opéras les plus populaires du répertoire lyrique.

Mise en Scène: Olivier DESBORDES, assisté de Yassine BENAMEUR.              

 

Avec:

Serenad BURU UYVRV  Soprano

Jeffrey HARTMAN  Ténor

Kristian PAUL            Baryton

Éric VIGNEAU          Ténor     

Irina de BAGHY

Mezzo-Soprano                       

Yassine BENAMEUR  Ténor

Matthieu TOULOUSE Basse

 

Direction Musicale:

Dominique TROTTEIN en alternance avec Gaspard BRÉCOURT.

Costumes: Diane BELUGOU

Le jeune Chœur de l'Opéra de Massy.

Maquillage: Pascale FAU

 

Violon Solo: Anne GRAVOIN

 Music Booking ORCHESTRA 

 

À 20h45 Très précises.

 

Durée: 2H30 avec entracte.

 

OPÉRA EN PLEIN AIR  2020

Planning à suivre...

 

 

Robert BONNARDOT

               

OPÉRA EN PLEIN AIR 2020
OPÉRA EN PLEIN AIR 2020

Partager cet article

Repost0