Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 22:44

J'ai essayé de comptabiliser, combien de fois j'avais salué le talent de Pascale BORDET, en huit ans de chroniques théâtrales. Je me suis vite arrêté...

Chaque spectateur qui prend le magazine "RAPPELS", en quittant un théâtre, a découvert depuis longtemps, ces "bestioles" dessinées, colorées, si vivantes et sympathiques.

Francis PERRIN, dans sa préface cite: "Anny Duperey en poule royale, Christiana Réali en chatte sur un toît brûlant, Francis Huster en loup romantique, et lui même en cheval fougueux".

Je pensais voir le Théâtre Saint-Georges, totalement décoré des dessins de la costumière de génie.

Non pas, encore mieux, nous avons tous reçus à notre arrivée le superbe livre, objet de cette soirée. (HC EDITIONS 29,90€)

Je suis arrivé au bon moment, celui ou Pascale BORDET et JULIETTE (auteur des textes), se sont adressées à ceux qui étaient là.

Pascale BORDET, a recommandé à chacun de regarder à la sortie, la statue de Paul GAVARNI, qui se trouve en plein milieu de la Place St Georges, assurant qu'il était - depuis toujours - son modèle.

JULIETTE a demandé, si ce n'était pas lui qui avait fait un cirque... Pour s'excuser de cette plaisanterie facile, elle s'est avouée heureuse de reconnaître  ce soir, tant de visages "connus", qui la font rêver depuis toute petite.

"Je veux bien dédicacer notre livre, mais je vais aussi vous demander des autographes".

Devant JULIETTE et Pascale BORDET: Michel BOUQUET, Jean-Luc MOREAU et Mathilde PENIN, Roland GIRAUD, Virginie LEMOINE, Gérard LOUSSINE, Jean-Claude DROUOT, (Le Thierry-La-Fronde de mon enfance), Jean-Paul BORDES, et tant d'autres...

Nous avons été très bien reçus par Marie-France MIGNAL, directrice du Théâtre Saint-Georges qui préside le Comité de Soutien du Théâtre privé.

Un agréable début de soirée, un beau livre à parcourir.

 

Théâtre Saint-Georges

01 48 78 63 47

BESTIOLES DE THEÂTRE

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert BONNARDOT
commenter cet article

commentaires